Angel par Ana_J, via Pixabay

Angel par Ana_J, via Pixabay

Le thème du Concours Mondoblog 2014 était Chez moi, c’est…. J’ai voulu écrire quelque chose qui cadrait avec le thème de mon blog. Et généralement quand on parle de relation, la première qui nous vient en tête c’est l’amour, ce sentiment qui existe ou non entre des personnes. Voici donc le texte que j’ai proposé et qui m’a ouvert les portes de la grande maison Mondoblog.

Amour ou ….?

A chacun d’ajouter le mot qui convient à la situation qu’il vit, a vécu, dont il a été témoin ou entendu parler. Les mots (ou maux c’est selon) sont nombreux: religion, famille, race, ethnie, appartenance sociale ou politique, etc.

Encore aujourd’hui, au XXIe siècle, nous nous posons ce genre de question. Simple dans sa forme mais combien compliquée dans son fond. Une question qui, si elle ne trouve pas la réponse adéquate (selon le camp où on se place), soulève la troisième guerre mondiale (oui c’est le cas !). Vous me direz que j’exagère. Peut-être, mais peu importe.

Comment peut-on de nos jours dicter à une personne ce qu’elle doit faire, qui doit-elle choisir comme époux (se), fiancé(e), petit(e) ami(e) et j’en passe. Et tout cela en se basant sur des raisons qui ne sont en fait que nos ignorances, nos intolérances, nos méchancetés, nos haines. Comment comprendre cela ? C’est aberrant que deux personnes s’aiment et que d’autres viennent faire leurs danses de sorciers macabres dans ce tendre et délicieux hymne à l’amour.
Non, tu ne dois pas être avec tel(le) parce qu’il/elle n’est pas de notre communauté religieuse, de notre race, de notre ethnie…. Pfft ! Quand est- ce que nous allons dépasser tous ces préjugés et vivre HEUREUX, car c’est de cela qu’il s’agit. Etre heureux en ce bas monde qui est déjà plein de souffrances pour que nous venions en rajouter. Pourquoi ne pas créer à notre façon notre petit paradis ici sur terre en attendant celui prôné par nos religions.

En parlant de nos chères religions, ce sont elles qui doivent faire preuve de tolérance, d’amour, de pardon. Mais hélas, on constate que ce sont elles qui sont les plus virulentes à condamner, à s’opposer à l’union de deux personnes soi-disant parce qu’elles ne sont pas de la même religion. Pourtant, elles nous prônent à longueur de temps ce dieu unique. Et pire, très souvent dans la même religion, on assiste à ces commentaires haineux, oui haineux. Prenons l’exemple de la religion chrétienne, puisque c’est elle que je connais le mieux, où il y a tellement de communautés qu’on y perd la tête. Quand le chrétien de la communauté X souhaite se marier avec le chrétien de la communauté Y, un tollé général est soulevé sous prétexte que celui de la communauté Y n’a pas la même manière de prier, de jeûner, de chanter ou de se vêtir. Des raisons autant farfelues que désuètes. Alors que Dieu nous a dit : « Aimez-vous les uns les autres comme moi je vous aime ». Pourquoi ne pas faire ce qu’Il nous dit ? Pourquoi ne pas respecter ce que vous-même, chères et nombreuses églises, nous répétez à longueur de messes, cultes et enseignements. Pourquoi ne pas accepter et aimer l’autre dans sa différence ? La vie serait tellement plus simple et belle !

A ce genre de conflit religieux se mêle aussi, souvent et malheureusement la famille qui généralement est de la même religion que leur enfant qui souhaite “aller voir ailleurs”.

Quand ce n’est pas un problème de religion ou de famille c’est la race, l’ethnie, l’appartenance sociale ou politique. Tout est fait pour enchaîner les gens dans leur manière de voir qui ne va pas plus loin que le bout de leurs nez, les garder prisonniers de cette manière de faire qui ne fait point avancer. Quand prendrons-nous conscience que la vie est tellement courte pour s’embarrasser de ces problèmes insensés? Nous pouvons conseiller, cela est même très bien, mais n’oublions pas de ne pas empiéter sur la liberté de chacun. Sachons que nous ne possédons pas la vérité absolue.

En plus de tous ces problèmes vient s’ajouter celui de l’homosexualité. Mais là n’est point le sujet du jour.

En Afrique, tout prend une tournure dramatique, grave. Renier, frapper, ou pire tuer son propre enfant, son propre frère, son fidèle, son partisan pour ces sottises sont des choses qui deviennent courantes et … normales. Chez moi, en Afrique, c’est ainsi!

S’il te plaît, choisis selon ton cœur et non selon les hommes. Ne laisse pas les autres décider pour toi. Sinon il y a de grands risques ou chances (ce que souhaitera certainement la personne que tu auras abandonné pour de telles considérations) que tu sois malheureux (se). A bon lecteur (trice) …!

Aurenzo Amsa                       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *